Vitraux du XVeme (article rédigé pour Art et Histoire)

Le style gothique élégant persiste durant les trente premières années de ce siècle. La peinture flamande va changer l’optique des verriers à partir de 1430, ils deviennent des peintres.
Le souci de ressemblance s’intensifie (rendu des étoffes par exemple), les visages sont soigneusement modelés, (putoisages, hachures croisées, etc…), les détails, le réalisme sont de mise.
Les décors sont riches, tapis, tentures, pavements… La perspective se généralise…
Le cadre architectural reste important, les niches deviennent des espaces habitables avec des carrelages et des voûtes en perspective.
Les habitacles ont souvent deux étages de hauteurs inégales, en bas, sont abrités les donateurs, les niches sont plus petites. En haut, figurent des personnages isolés ou des scènes de groupe. Ces niches sont souvent réalisées en verre clair teinté à la grisaille.
Les verriers datent et signet souvent leurs vitraux.
L’iconographie devient moins religieuse, les représentations sont parfois mondaines. Le vitrail civil est considérable.
A partir du milieu du siècle, le chromatisme est puissant. Les verres plaqués se généralisent, ils sont gravés à la roue, les pièces montées en « chef d’œuvre » sont couramment employées.
Il est d’usage de dire que la technique traditionnelle du vitrail atteint son plein épanouissement au XVème siècle. La carnation Jean Cousin apparaît à la fin du siècle
Les vitreries en grisaille sont pratiquement toujours rehaussées de jaune d’argent et cernées de bordures richement colorées.
 
 
 
Il subsiste environ 15 000m² de vitraux du XVème.
 
Où les trouver?
Bourges cath. Saint Etienne, vitrail de Jacques Cœur 1455
Amiens cath. ND
Angers cath. Saint Maurice
Evreux cath. ND et église Saint Taurin
Paris église Saint Séverin
Quimper cath. Saint Corentin
Rouen église Saint Ouen et cath. ND